Adoption des cryptos: cette banque informe les clients sur Bitcoin

Une banque allemande dispose d’une manière originale d’informer ses clients sur la cryptomonnaie la plus populaire au monde, Bitcoin (BTC). Pour ce fa

Gabon : Un café numérique annoncé le 27 janvier 2018 à Libreville pour « connecter les hommes » via Internet
La conquête du digital en Afrique au cœur des préoccupations de la Banque mondiale
Employé remarquable par nos employés. Suite to an Internal Audit.

Une banque allemande dispose d’une manière originale d’informer ses clients sur la cryptomonnaie la plus populaire au monde, Bitcoin (BTC). Pour ce faire, ne sont nécessaires que deux choses de la vieille école: un stylo et un papier.

Cryptonews.com a récemment eu l’occasion de discuter avec l’économiste principal et analyste des changes dans l’équipe de recherche de Bayern LBManuel Andersch, ayant récemment publié un rapport pro-bitcoin.

Andersch nous a dit que « crypto » est un mot plutôt dépourvu de sens, car le département s’intéresse exclusivement à Bitcoin en tant que système monétaire alternatif, mais également aux produits et aux couches supplémentaires construites sur BTC, telles que le réseau Lightning.

«Il existe un intérêt constant du côté client pour en savoir plus sur Bitcoin», nous a expliqué l’économiste. Ce sont les entreprises et les clients institutionnels de la banque qui souhaitent apprendre les bases du bitcoin. Cet intérêt a poussé l’équipe de recherche à créer «un atelier très convivial pour les débutants», destiné à la fois aux nouveaux arrivants et à ceux qui souhaitent développer leurs connaissances théoriques avec une expérience intuitive et pratique», a déclaré l’analyste. Fait intéressant, le format de l’atelier interactif, appelé à juste titre «L’expérience Bitcoin», permet «d’utiliser un mélange d’explications et de simulation interactive du réseau Bitcoin» afin d’expliquer aux nouveaux arrivants les fonctionnalités de base de Bitcoin – à l’aide d’un stylo et de papier seulement.

«C’est toujours amusant et cela a beaucoup aidé à comprendre les fondamentaux de Bitcoin», explique Andersch, décrivant plus en détail le fonctionnement de l’atelier. Les participants effectuent une preuve de travail, avec la factorisation première comme « travail » et créent une blockchain avec des morceaux de papier en relation les uns avec les autres. Ils doivent également trouver un consensus sur l’état de cette base de données dans un réseau décentralisé de participants.

«Pour illustrer les incitations économiques du système Bitcoin, il existe également des récompenses de minage», déclare Andersch.

Des morceaux de papier avec des lettres A à Z sont utilisés comme transactions et ils circulent dans la salle pour que les nœuds les valident selon des règles établies. Pour effectuer un calcul de la preuve de travail, les participants mappent des lettres en chiffres en fonction du numéro de la lettre dans l’alphabet (par exemple, A = 1, G = 7). Après cinq transactions, un bloc est plein et «chaque nœud peut commencer par le puzzle de la preuve du travail, afin d’être LE nœud pouvant présenter son bloc comme nouveau bloc valide au reste du réseau».

Andersch explique que la tâche de preuve de travail consiste simplement à effectuer une factorisation première de la somme des transactions (si ce n’est le bloc genèse de la somme des transactions plus un nombre du bloc précédent). Les smartphones ne sont pas autorisés lors du calcul des facteurs premiers.

Adoption des cryptos: cette banque informe les clients sur Bitcoin 102

«Ce qui est bien, c’est que vous pouvez expliquer beaucoup de choses en utilisant la factorisation première», déclare l’économiste, notamment:

  • Ajustement de la difficulté (il suffit simplement d’indiquer le nombre qu’un participant doit factoriser)
  • Mineurs ASIC et leurs implications (les smartphones sont autorisés à ce stade)
  • Comme tous les calculs sont liés aux calculs du bloc précédent, les participants comprennent rapidement que changer quelque chose implique des coûts énormes (un participant devra refaire toutes les factorisations principales).

«Comme tous les autres nœuds vérifient les calculs, tout le monde comprend également que tricher ne paye pas et que le seul moyen d’obtenir la récompense est de « faire le travail »», explique Andersch.

En ce qui concerne les retours, il dit que c’est très positif et que la plupart des gens aiment l’atelier. Il ajoute: «Après la «simulation », nous avons habituellement 30 minutes pour tout mettre en perspective avec le « monde réel de Bitcoin ».»

L’équipe est connectée à la scène vibrante de Bitcoin à Munich et elle a organisé à la banque la conférence Value of Bitcoin en coopération avec Fidelity, qui a également été bien accueillie par ses clients, nous confie Andersch.

Pour l’instant, le département de la recherche de Bayern LB ne propose plus que des services éducatifs liés à Bitcoin, mais y ajoute des cas d’utilisation plus opérationnels, tels que les services de dépositaire Bitcoin, qui sont en cours d’examen (par le département et non par la banque dans son ensemble). Les banques y auraient trois avantages: réputation et confiance, connaissances en sécurité informatique, et emplacements de stockage physiques pour les sauvegardes.

«Je pense que la course aux services de garde en Bitcoin est en cours en Europe», a déclaré Andersch.

« La première entreprise capable d’engager les meilleurs cryptographes et d’établir une bonne réputation bénéficiera d’un avantage considérable et sera la première sur la ligne d’arrivée. »

Lire aussi: Le prix du Bitcoin: cinq façons de le connaître

_________________________________

Suivez nos liens d’affiliés pour:

Acheter des cryptomonnaies

Sécuriser vos cryptomonnaies

Payer toutes vos factures ou envoyer de l’argent vers votre banque

  • Bylls (Disponible uniquement au Canada).

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: