Angola – Unitel : Vidatel d’Isabel Dos Santos essuie un revers judiciaire face au brésilien Oi

Angola – Unitel : Vidatel d’Isabel Dos Santos essuie un revers judiciaire face au brésilien Oi

En Angola, c’est une nouvelle déconvenue pour Isabel Dos Santos. Alors qu’elle est opposée depuis 2015 au géant brésilien des télécoms Oi suite à un l

Mohamed Diawara, le Président de l’Association des Sociétés Informatiques du Mali, ASIM A propos de mali start -up
Journée africaine des télécommunications : Le développement socio-économique au moyen d’innovations en matière de TIC
Intelligence artificielle : l’Afrique face aux géants du Net

En Angola, c’est une nouvelle déconvenue pour Isabel Dos Santos. Alors qu’elle est opposée depuis 2015 au géant brésilien des télécoms Oi suite à un litige, un tribunal arbitral mandaté par la Chambre de commerce international de Paris a rendu le 20 février 2019 un verdict largement défavorable à la plus riche femme d’Afrique. Avec d’autres actionnaires angolais d’Unitel, Isabel Dos Santos doit verser plus de 600 millions de dollars au groupe Oi.

A l’origine de cette décision, les accusations portées par le groupe brésilien selon lesquelles la partie angolaise aurait retenu ses dividendes. Oi accuse également Isabel Dos Santos et les autres actionnaires angolais d’avoir mené des opérations préjudiciables à Unitel, à l’instar de la facturation de frais via des sociétés de prestation de services. Des accusations fermement rejetées par la partie angolaise, mais retenues par le tribunal qui s’est prononcé en faveur du brésilien Oi.

De manière détaillée, les dédommagements ordonnés par le tribunal sont répartis ainsi qu’il suit : 339,4 millions de dollars, correspondant à la perte de valeur estimée de sa participation au sein d’Unitel provoquée par des violations du pacte d’actionnaires. 314,8 millions de dollars de dédommagements pour le non versement de dividendes dus depuis 2012. Soit un total de 654,2 millions de dollars, auxquels il faudra encore ajouter le remboursement de plus de 13 millions de dollars d’honoraires, frais et dépenses engagés par PT Ventures lors de la procédure. Dans sa décision, le tribunal n’a pas fixé d’échéance de paiement.

Si après ce rendu, la partie brésilienne s’est dite satisfaite, en saluant « une décision qui réaffirme les droits de PT Ventures en tant qu’actionnaire à hauteur de 25 % au capital d’Unitel », du côté angolais, on relativise. D’après Unitel, Le tribunal « n’a pas attribué à PT Ventures les près de 3 milliards de dollars d’indemnités réclamés en réparation des préjudices allégués ».

Des positions qui révèlent au moins une chose : Les tensions sont loin d’être apaisées au sein de Unitel, premier opérateur mobile en Angola avec plus de 11 millions de clients revendiqués et détenu à parts égales de 25% entre le brésilien Oi (à travers sa filiale PT Ventures), Isabel dos Santos (via Vidatel), le général Leopoldino do Nascimento (à travers Geni) et la compagnie nationale pétrolière Sonangol (via Mercury).

Alors que la prochaine assemblée générale est annoncée pour le 19 mars 2019, les actionnaires devront à nouveau s’affronter sur la nomination du conseil d’administration de l’opérateur mobile, composé de cinq membres et présidé par Isabel dos Santos.

Ecrit par Jephté TCHEMEDIE

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: