MAJ 13h50 : D’après nos constatations et la direction de la communication de BNP Paribas, les sites web et les applications mobiles sont de nouveau accessibles.

Aujourd’hui, une banque est avant tout un immense système d’information, un ensemble de flux de données. Est-ce nécessaire de dire que, plus encore que dans une entreprise ordinaire, la disponibilité du système d’information est fondamentale ? Or, depuis deux jours, une panne majeure bloque le groupe BNP Paribas. Ce vendredi 8 mars, si certains sites web du groupe sont bien revenus en ligne, d’autres sont toujours hors ligne ce matin, comme Hellobank. Et l’application mobile reste hors service. De même, en interne, de nombreuses applications semblent hors service selon les plaintes vues sur les réseaux sociaux émanant de personnes se présentant comme travaillant au sein de la banque.

Hier, le groupe expliquait qu’une panne identifiée avait été réparée et que tout allait rentrer dans l’ordre dans l’après-midi. De toute évidence, ce n’est pas le cas. Aucune information sérieuse n’émane de BNP-Paribas. Le groupe n’a d’ailleurs jamais vraiment communiqué sur son informatique, même sur sollicitation directe, contrairement à ses concurrents Société Générale ou Crédit Agricole. Selon des plaintes vues sur les réseaux sociaux, la Société Générale et d’autres banques semblent avoir eu également quelques soucis de disponibilité dans la nuit du 6 au 7 mars mais tout est rapidement rentré dans l’ordre.

Le seul tweet concernant l’incident et émanant du service support de BNP-Paribas sur Twitter est laconique et date du 7 mars 2019 matin.

Dans le silence de BNP-Paribas, des hypothèses se multiplient sur les réseaux sociaux, comme une panne DNS du TLD .bnpparibas. Mais une telle explication semble pour le moins insuffisante. Les sources syndicales sont également dans l’expectative et, même en interne, il ne semble donc pas y avoir de réelle information. Outre une panne inédite dans son ampleur et sa durée dans une banque française, l’incident toujours en cours est donc bien un échec considérable en matière de gestion de crise.

Le site web de l’ACPR indique : « Adossée à la Banque de France, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) est en charge de l’agrément et de la surveillance des établissements bancaires, d’assurance et de leurs intermédiaires, dans l’intérêt de leurs clientèles et de la préservation de la stabilité du système financier. » Une panne informatique de cette ampleur constitue de toute évidence une atteinte à la stabilité du système bancaire, surtout si d’autres pannes ont également affecté d’autres banques à peu près en même temps même si c’est avec moins de gravité. Pour l’heure, l’ACPR n’a cependant pas réagi officiellement aux sollicitations de la Rédaction.