Bruno Koné : « Nous avons des moyens d’imposer la tarification de l’Internet mobile si… »

Bruno Koné : « Nous avons des moyens d’imposer la tarification de l’Internet mobile si… »

Dans une interview accordée à TIC Mag, le ministre ivoirien de l’Economie numérique et de la Poste, Bruno Koné, reconnaît que les tarifs de l’Internet

L’application CoinAfrique débarque au Cameroun et au Tchad
Les cartouches d’encres et toners originaux vs les compatibles neufs
IBM toujours champion des brevets en 2018

Dans une interview accordée à TIC Mag, le ministre ivoirien de l’Economie numérique et de la Poste, Bruno Koné, reconnaît que les tarifs de l’Internet mobile dans son pays, bien qu’ils aient subit une baisse de 40% ces dernières années, demeurent encore élevés par rapport aux tarifs pratiqués ailleurs. Son département ministériel travaille alors avec le régulateur et des opérateurs pour une baisse considérable de ces tarifs.

Si les opérateurs mobiles hésitent d’appliquer une réduction des tarifs au terme des négociations, son département ministériel dispose des moyens pour imposer des tarifs de l’Internet, indique le ministre. Bruno Koné confie à TIC Mag que « si nous trouvons des accords, ce sera parfait. S’il n’y a pas d’accord, nous disposons des solutions réglementaires qui permettent d’aller plus loin. Je ne les évoquerai pas ici, mais nous avons des moyens au plan de la régulation du secteur d’imposer des tarifications, parce que là il s’agit, selon notre jargon, des marchés pertinents et sur chacun des marchés pertinents, il faut déterminer quels sont les acteurs jugés puissants et l’autorité de régulation se donne les moyens de réguler les tarifs appliqués par ces opérateurs jugés puissants ».

Le ministre dresse également l’état actuel du paysage des télécoms en Côte d’Ivoire après le retrait des licences des « petits opérateurs », l’attribution prochaine d’une licence 4G à un opérateur, l’état d’implémentation de la fibre optique dans son pays, des défis de l’Afrique dans la suppression des tarifs de roaming en Afrique et de nombreux autres sujets.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0