Christian Jekinnou : Afric’Innov a lancé son label

entreprenariat innovants pour l'oif Afric’Innov termine l’année sur les chapeaux de roues. Le coordinateur du programme, Christian Jekinnou, vient

Ils ont hacké la Tesla Model 3… et sont repartis avec
Un membre du G7 met en garde contre les « dangers » du yuan numérique
La transformation digitale des secteurs du tourisme et du transport aérien en Afrique n’est pas une fin en soi
entreprenariat innovants pour l’oif

Afric’Innov termine l’année sur les chapeaux de roues. Le coordinateur du programme, Christian Jekinnou, vient de publier un label de référencement pour les structures accompagnatrices de startups sur le continent.

(CIO Mag) – Christian Jekinnou affiche une décontraction trompeuse. Le coordinateur du programme Afric’Innov sait le challenge qu’il s’est fixé pour la fin d’année : renforcer la crédibilité – s’il le fallait encore – d’Afric’Innov avec la publication d’un label permettant de mieux recenser qualitativement les structures d’accompagnement pour les porteurs de projets du continent. « Notre objectif est que la startup sache que l’accompagnateur est fiable.  Notre objectif est de renforcer la confiance entre le porteur de projet et la structure qui l’incube », dit-il. Mais Afric’Innov ne s’arrête pas en si bon chemin. « Nous proposons aussi des formations auprès des gérants de structures d’accompagnement auprès de 60 structures sur le continent », affirme Christian Jekinnou.

Un label attendu

Si la parution d’un label n’est pas une idée d’aujourd’hui du côté d’Afric’Innov, il n’en demeure pas moins que l’annonce de la sortie de celui-ci était très attendue. « L’attente est grande sur le continent. L’objectif est de donner les clés pour permettre aux entrepreneurs de bien choisir les structures », indique Christian Jekinnou.

Dans ce label qui se présente sous la forme d’un mini manuel, plusieurs critères ont été pris en compte. « Pour intégrer ce label, l’incubateur ne doit pas être dans l’informel. Il doit ensuite avoir des locaux existants. L’accompagnateur doit exercer à plein temps et on demande les contrats d’incubations », explique-t-on au sein de la direction d’Afric’Innov.

Objectif : rassurer les startuppers sur la qualité des accompagnateurs

Le label d’Afric’Innov est le fruit de plusieurs mois de collaborations avec l’Afnor (Association française de normalisation). Le label a ainsi pu intégrer les critères de l’Afnor en les réadaptant dans un contexte continental. Ce label, s’il est précieux pour les entrepreneurs, il l’est tout autant auprès des investisseurs et des bailleurs de fonds internationaux. « Lors d’un entretien avec un représentant d’un bailleurs de fonds, j’apprends qu’une personne a obtenu des financements pour l’accompagnement de startups. De mon côté, j’ai lancé quelques recherches sur la personne ciblée. A ma grande surprise, je découvre que la personne bénéficiaire de ces fonds était le gérant de toutes les startups présentes dans son incubateur ! Cela représente un risque majeur de détournement de fonds à des fins personnelles. Ce label a justement pour vocation d’éviter ce genre de mésaventures pour les investisseurs en leur donnant quelques clés pour dénicher les bonnes structures d’accompagnement à financer », explique Christian Jekinnou.

Le label réduira  à terme le risque d’entourloupes aussi bien pour les porteurs de projets que pour les investisseurs. Ainsi, ce genre de dispositif renforce la confiance des entrepreneurs et fluidifie les synergies permettant aux entrepreneurs et aux financiers d’investir en Afrique avec davantage de confiance.

Rudy Casbi

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0