En Belgique, 4 banques luttent contre la fraude via la blockchain

      Avec l’application blockchain Kube, les banques belges Belfius, BNP Paribas Fortis, ING Belgique et KBC peuvent échang

#MeetTheTeam : FAMIB GROUPE
Interview-Vidéo de Saloua Karkri Belkeziz sur les nouvelles ambitions de l’APEBI et de GFI Afrique
La portée opératoire de la clause limitative de responsabilité dans le contrat d’e-commerce

 

 

 

Avec l’application blockchain Kube, les banques belges BelfiusBNP Paribas FortisING Belgique et KBC peuvent échanger des données sur leurs clients entreprises. L’objectif principal est la lutte contre la fraude et le blanchiment d’argent.

 

En matière de lutte contre la fraude et le blanchiment d’argent, les banques sont soumises à différentes obligations, comme la vérification régulière de l’identité des dirigeants et actionnaires de leurs clients sociétés.

C’est dans ce cadre que quatre banques belges s’allient autour de la technologie blockchain. Grâce à l’application Kube, Belfius, BNP Paribas Fortis, ING Belgique et KBC échangeront ainsi ces informations relatives à l’identité des clients.

Partager et contrôler les données plus simplement

Cette procédure d’échange sécurisée de données devrait représenter une simplification des opérations existantes, pour les clients comme pour les banques elles-mêmes. Ces dernières soulignent que ce « processus chronophage » s’effectue « individuellement pour chaque banque et   doit être répété fréquemment. »

Pour alléger ces échanges, les quatre banques ont développé avec un spécialiste des services bancaires, Isabel Group, une plateforme destinée au partage des données d’identification des entreprises.

Les bénéfices de simplification ne concernent cependant pas les seuls acteurs bancaires. Un client société pourra saisir une unique fois ses données sur la plateforme, concrètement une base de données sécurisée et décentralisée. Celles-ci seront ainsi vérifiées et validées par sa banque.

Un processus KYC accéléré pour les clients sociétés

Les informations seront dans un second temps partagées avec les autres banques autorisées. Il en ira de même de toute modification apportée aux données, ce qui garantit aux groupes bancaires de disposer d’informations à jour.

Lorsqu’une entreprise ouvre un compte auprès d’une autre banque, le processus KYC est  accéléré puisque les données requises sont déjà disponibles. Par conséquent, l’entreprise pourra ouvrir des comptes sans paperasse administrative ni retard,” met en avant le consortium de banques belges, dont le nombre pourrait s’élargir à l’avenir.

Source: Cryptonaute.fr

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0