Jeunes entrepreneurs maliens et Vice-Président de la Banque Mondiale Des échanges fructueux et des engagements pour l’avenir !

Jeunes entrepreneurs maliens et Vice-Président de la Banque Mondiale Des échanges fructueux et des engagements pour l’avenir !

Quatre jeunes entrepreneurs innovants maliens ont planché, ce mardi 26 février, devant Hafez Ghanem, le vice-président de la Banque Mondiale pour la r

Faillite pour l’exchange QuadrigaCX
Stratégies : Orange acquiert SecureLink et renforce son leadership dans le secteur européen de la cybersécurité
SADIO SISSOKO : Le commerce au prisme de la transition numérique

Quatre jeunes entrepreneurs innovants maliens ont planché, ce mardi 26 février, devant Hafez Ghanem, le vice-président de la Banque Mondiale pour la région Afrique, pour présenter les activités de leurs entreprises, leurs projets, les contraintes auxquelles elles demeurent confrontées et surtout leurs attentes. La cérémonie se déroulait au sein de la représentation nationale de l’institution internationale, en présence de Mamdou Sinsin Coulibaly, le patron des patrons du Mali, des responsables de la Banque Mondiale ainsi que de plusieurs autres structures et entreprises notamment dans le domaine numérique.

Si plusieurs entreprises et start-up maliennes ont participé à l’événement, ce sont quatre d’entre elles les plus innovantes qui étaient à l’honneur pour présenter leurs pitch, sous la modération de Mariam Doumbia, Senior Program Manager de Donilab, un incubateur d’entreprises de la place.

 

Déjà, l’assistance avait eu droit aux passages successifs de Hawa Traoré qui a eu à plancher, pour la satrt-up Téliman, sur la révolution de la mobilité urbaine, un problème crucial pour une ville comme Bamako qui a le taux de croissance démographique le plus élevé du continent et qui se classe à la 6ème place mondiale. Quant à Mamadou Sidibé, fondateur de Lenali, il est intervenu sur l’accessibilité des réseaux sociaux à la majorité de la population dans un pays à très faible taux d’alphabétisation, à travers leur déclinaison en langues nationales, une prouesse novatrice dans le domaine et une première au monde. Enfin, Aïssata Diakité avait planché, depuis Paris, sur les potentialités et ambitions de Zabaan, une entreprise qui s’implante de plus en plus dans le domaine de la production et de la transformation agricole qui est en train de progressivement organiser et surtout valoriser une filière jusque-là ‘’sauvage’’, explique la promotrice.

Il est donc revenu à Amadou Diawara, de présenter le Groupe Famib, une jeune entreprise nationale innovante, spécialisée dans l’ingénierie informatique et le service, comme l’a expliqué son jeune patron. Le Groupe Famib, présent depuis plusieurs années dans le paysage entrepreneurial malien, dessine déjà son contour international, puisque le Groupe est également implanté à Bamako, Abidjan et à Niamey, avec une filière fonctionnelle en France.

Famib fort d’un effectif de 52 collaborateurs, techniciens de haut niveau, selon M. Diawara œuvre dans six pôles métiers, qui vont du développement et de l’intégration de solution sur mesure, à la transformation digitale, en passant par la gouvernance de l’information et le management opérationnel, jusqu’y compris la conception de schémas directeur et l’offre de conseil et de stratégie.

Le patron de Famib a profité de l’occasion pour annoncer avec son partenaire Mediasoft Lafayette bientôt le lancement au Mali Sous le Patronage du MINISTER DE L’ECONOMIE NUMERIQUE de la première crypto-monnaie, dénommée XAALISI, un ‘’portefeuille électronique’’ qui ouvre, selon son promoteur «un monde de possibilités dans lequel le téléphone sert à la fois de pièce d’identité, de portemonnaie pour mes transactions mais qui est également mon portefeuille de crypto monnaie.  Transfert, paiement (Santé, Micro finance, Education)…».

Au-delà cette révolution dans le l’usage des outils numériques, amadou Diawara a édifié l’assistance que les multiples activités du groupe, notamment dans les domaines de l’éducation, la santé, la sécurité, la justice ainsi que l’agriculture et la collecte et gestion des ressources financières à travers des plateformes conçues à cet effet.

En guise de conclusions, Amadou Diawara a tenu à faire savoir que la mise en oeuvre de ces différents projets conçus et développés par son groupe et dont certains sont déjà en cours, nécessite une mise en relation avec d’autres acteurs de digitalisation au plan mondial. Aussi, un soutien de la Banque Mondiale est-il indispensable afin d’amener les décideurs publiques vers l’acquisition et l’intégration de ces solutions innovantes.

Au finish, l’ambition de Famib, et son CEO ne s’en cache pas, c’est de favoriser la transformation digitale à la fois du Mali et même de l’Afrique.

Yaya TRAORE

kinguiactu.info

 

 

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0