La Banque de France teste la blockchain pour la monnaie digitale de banque centrale

      Le 14 mai, la Banque de France a réalisé un premier test avec la Société Générale Forge sur une blockcha

Bitcoin Nouvelles
KuCoin lance enfin la communauté française
Arouna Modibo TOURÉ : Très concrètement, oui ! Je connais le cas de startups françaises qui développent leurs solutions en Afrique pour les réimporter en France, ou en Europe.

 

 

 

Le 14 mai, la Banque de France a réalisé un premier test avec la Société Générale Forge sur une blockchain développée en Interne. Ce test s’inscrit dans une démarche d’expérimentation de la monnaie digitale de banque centrale (CDBC) de gros.

 

Les expérimentations de la Banque de France en matière de monnaie numérique de banque centrale (CDBC) ont franchi une nouvelle étape. Un premier test a ainsi été mené en partenariat avec un acteur bancaire, Société Générale Forge.

La BdF indique en effet avoir réalisé, « avec succès », un test le 14 mai. La banque centrale s’est pour cela appuyée sur une blockchain privée développée par ses équipes. Cette blockchain est donc exploitée spécifiquement pour l’utilisation d’une monnaie digitale de banque centrale

Grand intérêt de l’industrie bancaire pour une CDBC de gros

L’expérimentation menée en mai a consisté à « régler une émission de titres financiers numériques effectuée par Société Générale Forge » précise la Banque de France. D’autres tests suivront au cours des prochaines semaines.

La BdF annonce en effet de futures expérimentations « en coopération avec d’autres acteurs. » Ces tests grandeur nature font suite à l’appel à candidatures ouvert le 27 mars 2020 pour « expérimenter l’usage d’un euro digital de banque centrale dans les règlements interbancaires. »

La banque centrale souligne en effet mener des travaux exclusivement autour d’une CDBC « de gros ». Celle-ci se distingue d’une monnaie digitale de détail, c’est-à-dire accessible également aux particuliers.

Une CDBC de détail est d’ailleurs à l’étude au sein de la BCE, rappelait très récemment Yves Mersch, membre du directoire de la banque centrale. « Une CBDC de détail, accessible à tous, changerait la donne. C’est pourquoi nous nous concentrons désormais sur une monnaie numérique de banque centrale de détail » justifiait-il.

La monnaie de banque centrale n’a rien de magique

La priorité en France, c’est donc l’évaluation d’une monnaie digitale de gros. La Banque de France estime d’ailleurs important l’intérêt de « l’industrie bancaire et financière pour ces expérimentations. »

Elle insiste aussi sur le « dynamisme de la Place de Paris en matière d’innovations technologiques dans le secteur financier. » Dans une autre publication sur son blog, la BdF tient cependant à pondérer les attentes à l’égard de la monnaie de banque centrale.

« La monnaie de banque centrale n’a rien de magique » titre-t-elle. La Banque rappelle ainsi que digitale ou non, la monnaie ne permet pas de s’affranchir de l’émission de dette publique ou d’éteindre la dette existante. « Aucune option facile ne permettra d’échapper au financement des déficits budgétaires » préviennent ses économistes.

Source: Cryptonaute.fr

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0