La crypto-monnaie de banque centrale : un risque pour les Etats-Unis

  Pixabay Share Tweet Pour l’économiste en chef de JPMorgan, la monnaie digitale de banque centrale (CBDC) pr

Semaine Nationale de l’Internet 2018 : Pour des TIC au service de la modernisation de la société et de l’économie
Côte d’Ivoire : de nouvelles taxes, d’un montant cumulé de 7%, sur le Mobile money
Omar DIOP Membre du bureau de l’asim & DG soprescom :Les outils numériques au service de l’histoire des techniques

 

Pixabay

Pour l’économiste en chef de JPMorgan, la monnaie digitale de banque centrale (CBDC) présente d’abord un risque pour les Etats-Unis et l’hégémonie du dollar. La capacité de transformation d’une telle monnaie est cependant à nuancer, souligne-t-il.

 

Un rapport de la Banque des Règlements Internationaux paru en début d’année soulignait l’intérêt croissant des banques centrales à l’égard de la monnaie numérique (CBDC). Le 14 mai, la Banque de France réalisait ainsi sa première expérimentation. Et d’autres sont inscrites à son agenda.

Pour le chef économiste de JPMorgan Chase & Co, ces initiatives devraient interpeler au plus haut sommet aux Etats-Unis. « Aucun pays n’a plus à perdre du potentiel disruptif de la monnaie numérique que les États-Unis » prévient en effet Michael Feroli dans un rapport.

Monnaie numérique : un potentiel relatif, mais réel

Il estime ainsi que les CBDC constituent un risque potentiel pour l’hégémonie du dollar américain, central aujourd’hui dans l’économie mondiale. Michael Feroli pondère néanmoins cette menace pour la domination des Etats-Unis.

S’il juge vraisemblable l’émission de monnaies digitales par des banques centrales, l’économiste considère en revanche plus modéré le potentiel d’un tel instrument financier. Selon lui, la capacité de transformation des CBDC est moindre qu’espérée par certains observateurs.

Le billet vert n’abandonnera pas de sitôt son rôle de monnaie de réserve mondiale. Néanmoins, des « fragilités » existent. Et celles-ci sont susceptibles d’amoindrir la domination du dollar, relève le cadre de JPMorgan.

Et l’économiste de pointer plus particulièrement le règlement des échanges et le système interbancaire SWIFT. La monnaie numérique pourrait ainsi constituer une opportunité pour d’autres puissances, comme l’Europe, de réduire l’emprise des US sur les paiements internationaux.

Le dollar digital comme moyen de préserver la domination US

L’enjeu n’est pas seulement financier, il est également géopolitique pour les Etats-Unis. SWIFT et hégémonie du dollar permettent par exemple à l’administration américaine d’imposer des sanctions internationales.

L’alternative, face à ce risque potentiel, consiste-t-elle donc pour la première puissance à émettre un dollar numérique ? Les analystes de JPMorgan considèrent quoi qu’il en soit qu’une solution de paiement international basée sur un e-dollar numérique constituerait « un investissement très modeste. »

Or cet investissement raisonnable, conçu pour « perturber le moins possible la structure du système financier national », pourrait contribuer à « protéger un moyen clé d’influer sur l’économie mondiale. »

L’enjeu central des monnaies numériques de banque centrale n’apparaît pas ainsi être celui de l’innovation et de la transformation. Du moins, du point de vue de la banque d’affaires américaine.

Pour les pays à haut revenu et les États-Unis en particulier, la monnaie numérique est un exercice de gestion des risques géopolitiques,” tranche-t-elle.

Source: Cryptonaute.fr

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0