A quoi ressemblera la fonction RH au fil des évolutions technologiques ? Quels seront les impacts de la transformation numérique sur les façons de travailler ? Pour le savoir, le cabinet de conseil Wavestone a consulté 120 DRH dont plus de la moitié appartiennent à de grandes organisations (de plus de 10 000 salariés) essentiellement localisées en France. Les données analysées ont ainsi permis de réaliser une enquête intitulée « Le DRH de demain », conduite avec Humanis et l’APEC. Les résultats placent la digitalisation au rang des évolutions les plus susceptibles d’impacter fortement la fonction RH dans le futur. Citée par 96 % des répondants, la numérisation est en effet considérée comme la transformation la plus importante de leur métier car elle confère une vision stratégique à la profession.

Avec 94% des suffrages, l’évolution des métiers et des compétences dans la fonction RH, de même que les nouvelles façons de travailler (91%) font donc partie des changements mis en avant par les DRH suite à la numérisation. Face aux exigences de la digitalisation, des nouvelles façons de travailler et de la quantification des activités RH, les DRH doivent transformer leurs équipes pour se doter de compétences nécessaires mais pas assez présentes à l’heure actuelle. Et c’est justement le besoin de ces nouvelles compétences dans la fonction RH qui a été le plus mis en avant dans cette étude.

Le RH de demain

Diverses transformations organisationnelles associées au changement technologique sont mises en avant par les DRH pour décrire le futur de leur mission. Source: Wavestone.

IA et big data, des technologies précieuses pour les DRH

Davantage de profils diversifiés sont donc attendus. Les DRH répondants confirment notamment la difficulté de trouver dans leurs équipes, en complément des rôles RH « classiques » (expertise RH), des profils de « consultants internes » de plus en plus attendus dans l’accompagnement des transformations de l’entreprise (par exemple d’anciens consultants en conduite du changement), ou des profils plus orientés « digital », ayant des compétences dans la conduite de projets SI ou dans l’exploitation des données. Selon les organisations, diverses actions sont mises en œuvre pour aider les professionnels RH à développer ces compétences et adapter leur comportement face à ces nouvelles attentes. BASF a ainsi mis en place par exemple des clés comportementales RH qui doivent guider les professionnels dans leurs missions notamment en termes de posture.

L’enjeu pour les RH est donc de se transformer afin de fournir des services à forte valeur ajoutée et à moindre coût. La fonction RH peut donc se concentrer sur d’autres tâches à visée stratégique et ainsi aborder de nouveaux modes de management, la digitalisation des processus RH permettant de libérer du temps à destination des salariés. L’intelligence artificielle et le big data vont également permettre aux DRH d’avoir davantage de crédibilité face aux parties prenantes de leur écosystème (un meilleur pilotage, une mesure plus précise de l’activité et de ses impacts et surtout de grandes évolutions en terme d’analyse prédictive).