Les Etats-Unis poursuivent en justice Huawei et deux de ses filiales

Les Etats-Unis poursuivent en justice Huawei et deux de ses filiales

Treize chefs d’inculpation ont été dévoilés lundi 28 janvier par le département américain de la Justice. Washington accuse notamment le géant de l

WWW.KINGUIEXPRESS.COM
Le FAI Orange menacé d’être scindé en deux
Appel à candidature Soluact

Treize chefs d’inculpation ont été dévoilés lundi 28 janvier par le département américain de la Justice. Washington accuse notamment le géant de la téléphonie chinoise d’avoir tenté de contourner les sanctions contre l’Iran.

Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

Selon l’acte d’accusation, Huawei a trompé une banque internationale pour effectuer des millions de dollars de transactions avec l’Iran. Le géant de la téléphonie chinoise est aussi accusé de vol de secrets commerciaux, de fraude électronique et d’entrave à la justice.

Les autorités américaines accusent Huawei et ses filiales d’offrir des primes aux travailleurs qui dérobent des renseignements confidentiels dans des entreprises du monde entier. La justice américaine évoque pour preuve un email adressé aux employés de Huawei qui leur propose des bonus en échange d’informations volées.

Sorte de mise en demeure

Derrière Huawei, le secrétaire à la Justice par intérim adresse un avertissement aux autorités chinoises. « La Chine doit être responsable du respect de la loi par ses citoyens et ses entreprises », a déclaré Matthew Whitaker. Une sorte de mise en demeure, proférée à la veille de l’arrivée du vice-Premier ministre chinois à Washington, qui rencontrer Donald Trump mercredi.

Optimiste, le secrétaire au Trésor a déclaré s’attendre à « des progrès importants » dans les négociations commerciales entre les deux pays.

Huawei « déçu »

De son côté, Huawei a rejeté ce mardi 29 janvier les chefs d’inculpation annoncés par le ministère américain de la Justice contre l’entreprise, démentant avoir commis tout vol de technologies ou violation de sanctions contre l’Iran.

« Huawei est déçu d’apprendre les accusations portées contre l’entreprise aujourd’hui », a indiqué la compagnie à l’Agence France-Presse. « L’entreprise dément qu’elle, ou une de ses filiales ou sociétés affiliées, ait commis les violations supposées de la loi américaine énoncées dans chacun des actes d’accusation, n’a pas connaissance d’actes répréhensibles de la part de Mme Meng et est persuadée que les tribunaux américains aboutiront à la même conclusion », a-t-elle indiqué en référence à sa directrice financière, actuellement détenue au Canada en attente d’une éventuelle extradition.

→ A (RE)LIRE : Huawei: les passes d’armes diplomatiques continuent entre la Chine et le Canada

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0