Logiciels : l’américain Infor veut stimuler sa croissance en Afrique

La firme américaine nomme une nouvelle patronne régionale, riche en expérience en Afrique, un continent qu’Infor regarde comme un vaste marché au pot

Fondation Gates : de l’inclusion financière numérique des femmes en Afrique
Cameroun : 14 milliards F CFA dépensés dans la cybersécurité
Le surprenant conseil donné à la police américaine pour éviter de bloquer les iPhone X

La firme américaine nomme une nouvelle patronne régionale, riche en expérience en Afrique, un continent qu’Infor regarde comme un vaste marché au potentiel de développement « énorme ».

Crédit: DR

Infor, éditeur de logiciel américain qui commercialise notamment des progiciels de gestion informatique, financière ou encore de ressources humaines, envisage de miser davantage sur le continent africain. La firme vient de nommer Amel Gardner au poste de vice-président et directeur général pour la région Moyen-Orient et Afrique, une …qui cumule 20 d’expérience dans l’industrie de la technologie notamment en Afrique où elle a dirigé les activités régionales de plusieurs multinationales dont Epicor Software, Lenovo et Dell.

« Le Moyen-Orient et l’Afrique sont une région à forte croissance pour Infor et présentent un énorme potentiel de développement. L’objectif d’Amel et de son équipe sera de permettre aux clients d’exécuter avec succès des projets de transformation numérique et de bénéficier de gains de productivité améliorés grâce aux solutions Infor », a déclaré Joerg Jung, vice-président directeur d’Infor pour la région EMEA.

Depuis quelques années, le marché des services informatiques est en ébullition en Afrique, avec d’importantes prises de position de la part d’entreprises étrangères. L’Afrique du Sud a pendant longtemps gardé une certaine longueur d’avance avec notamment une croissance en glissement annuel de 11,4 % en 2019 sur le seul secteur des logiciels. Récemment, certains experts estiment l’Afrique de l’Ouest fortement prometteuse, avec en tête un pays comme la Côte d’Ivoire, en raison de la dynamique d’investissements.

Source: LA TRIBUNE AFRIQUE

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0