L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) vient de dévoiler des conseils pour faciliter l’apprentissage à distance. 776,7 millions d’écoliers, de collégiens, de lycéens et d’étudiants sont concernés par les fermetures des écoles.

L’UNESCO veut faciliter le travail des professeurs

Pas toujours facile de trouver la bonne formule pour enseigner à distance. L’UNESCO ne veut pas que cette crise sanitaire ait un impact sur l’éducation des apprenants du monde. C’est en partant de ce postulat que les équipes des Nations Unies ont mis au point un guide qui doit permettre aux éducateurs et aux apprenants de gagner en efficacité dans le cadre des cours à distance.

Selon l’UNESCO : “un nombre sans précédent d’enfants, de jeunes et d’adultes ne fréquentent plus les écoles ou les universités à cause de l’épidémie de Covid-19. Les gouvernements de 100 pays ont annoncé des fermetures, pour imiter la propagation du virus. Dans 85 pays, des écoles ont été fermées à l’échelle nationale. Ces mesures touchent aujourd’hui plus de 776,7 millions d’enfants et de jeunes adultes. Nous devons les aider à tenir le cap”.

En plus de portails d’apprentissage, l’UNESCO dévoile une liste d’outils qui doit permettre aux professeurs de simplifier leurs méthodes d’apprentissage. On pense notamment à ClassDojo, Google Classroom, KaiOS, ou encore Can’t Wait to Learn, Kolibri, Rumie et Ustad Mobile. Des plateformes de visio-conférence ont également été proposés. C’est notamment le cas de Dingtalk, Hangouts Meet ou encore Zoom. Avec ce guide en ligne, l’UNESCO veut réduire les perturbations dans le domaine de l’éducation et faciliter la continuité de l’apprentissage, en particulier pour les plus vulnérables.

Les réseaux tiendront-ils la cadence ?

Hier, lundi 16 mars, se tenait le premier jour d’e-enseignement en France. Problème : les plateformes d’enseignement à distance sont déjà saturées… Un message d’erreur a empêché plusieurs enfants de se connecter. L’Éducation Nationale fait au mieux pour rétablir le problème. À ce propos, la startup lyonnaise Tilkee a proposé de mettre sa plateforme à disposition des enseignants pour faire face à la fermeture des écoles, lycées et universités.

Dans le même temps, les opérateurs télécoms annoncent que les réseaux supporteront l’afflux de connexions à venir, à cause de l’augmentation du télétravail. Michel Combot, directeur général de la Fédération française des télécoms (FFTelecom), expliquait que : “cela fait plusieurs semaines que les opérateurs télécoms se préparent. Ils se sont organisés en brigades, pour limiter les contacts entre les salariés, tout en étant à même d’assurer le maintien des réseaux et la continuité de service pour le télétravail.

Source: Siecledigital.fr