Top 10 pays qui aiment le plus le Bitcoin au monde!

  Tous les pays du monde n’ont pas la même appréciation des cryptomonnaies. Par exemple,  le régime totalitaire chinois a décidé d’interdire les crypt

Bilan de la 3ème édition du Forum Akomca/Des accords de partenariats tissés à Toulouse pour le développement économique de l’Afrique
5 raisons de choisir un SD-WAN managé et 5 raisons d’y réfléchir à 2 fois (2e partie)
L’utilisation des cryptos pour contourner les sanctions économiques internationales
 
 
  • Tous les pays du monde n’ont pas la même appréciation des cryptomonnaies. Par exemple,  le régime totalitaire chinois a décidé d’interdire les cryptos sur son territoire. Les Etats-Unis sont eux aussi en train de travailler sur un cadre réglementaire pour les cryptos.

Cependant, d’autres pays voient en le bitcoin et les autres cryptomonnaies un locomotive qui peut faire avancer leurs économies. Le Kazakhstan a ouvert grand les bras aux mineurs quand la Chine les pourchassait de son territoire. L’Ukraine a créé une loi pro-cryptomonnaies pour accroitre les investissements direct étrangers sur son sol.

Alors, qui sont ces pays qui adulent le plus le Bitcoin ? Que font-ils pour témoigner leur amour au Bitcoin? Voici le top des pays des pays qui aiment le plus le Bitcoin au monde !

Salvador 

Drapeau du Salvador contenant un bitcoin

Premier pays à légaliser le Bitcoin

Le Salvador est récemment devenu le premier pays à accepter le Bitcoin comme monnaie légale. Selon le gouvernement du pays, l’adoption du Bitcoin comme monnaie légale leur permettra de réaliser une économie d’environ 400 millions de dollars sur les frais bancaires. Un montant qui représente 22% du PIB local. 

De plus, le pays n’impose pas de taxes aux investisseurs étrangers sur leurs gains en Bitcoins. Ainsi, aucun impôt ne sera prélevé ni sur les revenus, ni sur l’augmentation de capital. Même si une personne possède des actifs en Bitcoin et réalise des bénéfices considérables, il sera exonéré d’impôts. Une décision qui a pour principal objectif de favoriser les investissements venant de l’extérieur. . 

Le gouvernement montre ainsi clairement son désir d’attirer des investisseurs étrangers en favorisant de telles lois sur l’utilisation des crypto-monnaies. 

Ukraine

Le drapeau de l'Ukraine avec un jeton

L’ukraine à légaliser les transactions cryptos à travers le “Virtual Asset Bill”

L’Ukraine, quant à elle, a de préférence légalisé l’utilisation des crypto-monnaies. En effet, un projet de loi concernant la légalisation de la cryptomonnaie Bitcoin a été adopté dans le pays, quelques jours après celui qui a été approuvé au Salvador.

Contrairement au Salvador, le Bitcoin ne sera pas utilisé aussi librement que la monnaie ukrainienne, hryvnia. En d’autres termes, les détenteurs de crypto-monnaies ne pourront en aucun cas échanger ces monnaies virtuelles contre des biens ou des services. 

Le gouvernement conspire également à ouvrir, d’ici l’année 2022, le marché des cryptomonnaies aux investisseurs et aux entreprises. Un grand pas pour l’Ukraine qui, quelques années plutôt, était de ces pays qui tentaient de limiter le minage de crypto-monnaies. 

Biélorussie 

 

Les cryptomonnaies sont légales en Biélorussie depuis 2018. Le pays, très favorable au développement des cryptomonnaies, adopte une approche expérimentale face à ces dernières . 

En effet, le président de l’État biélorusse, Alexander Lukashenko, a suggéré d’utiliser le surplus d’électricité du pays pour le minage des crypto-monnaies. Selon lui, la Biélorussie dispose d’assez de ressources en électricité pour approvisionner d’énormes infrastructures destinées au minage de cryptomonnaies. 

Depuis mars 2018, le pays avait publié une loi qui rendait légales les transactions liées à ce type de monnaie, tout en les exemptant d’impôt pour une période de 5 ans. 

Allemagne 

L’Allemagne a une approche plutôt originale du sujet. Les considérations sont différentes selon qu’il s’agit d’un particulier ou d’une entreprise. 

Pour les particuliers, la crypto-monnaie est considérée comme de l’argent privé et non comme un actif qu’on peut vendre. Si de la crypto-monnaie reste en la possession d’une personne pendant plus d’un an, elle est systématiquement exonérée d’impôt, et ce, quel que soit le montant. Dans le cas d’une vente qui aurait lieu avant la durée d’un an, des impôts ne seront dûs que si le montant dépasse 600 €. 

D’un autre côté, les entreprises sont tenues de payer des impôts sur tout gain réalisé grâce aux crypto-monnaies. En effet, elles sont mises sur le même pied d’égalité que les autres actifs de l’entreprise. 

Hong Kong 

Hong Kong n’est pas un pays en soi mais une région administrative autonome de Chine. Dans cette région, la taxation ou non des actifs numériques détenus par les particuliers dépend de l’usage qu’ils en font, alors que ceux détenus par les entreprises sont automatiquement frappés d’impôt. 

En termes plus précis, si la cryptomonnaie est acquise pour un investissement d’une échéance relativement longue, elle ne sera pas soumise à l’impôt sur le revenu. En revanche, pour les entreprises, l’ensemble des bénéfices réalisés grâce à la commercialisation de crypto-monnaies en tant qu’activité commerciale seront soumis aux impôts. 

Malaisie

En Malaisie actuellement, les particuliers ne paient aucun impôt sur les transactions de crypto-monnaies alors que les entreprises y sont systématiquement soumises. Néanmoins, la 

loi pourrait connaître des modifications d’ici la fin de 2020 si l’on en croit la déclaration du Directeur du Département Fiscal malaisien, Mohamed Fauzi Saat, en 2018. 

La loi malaisienne, aujourd’hui ne fait pas d’impositions sur les plus-values à long terme de tout investissement se rapportant aux investissements cryptographiques; la TVA (taxe sur valeur ajoutée) n’est pas non plus appliquée au trading des monnaies cryptographiques. 

En revanche, selon les ouïes dires, les traders très actifs dans les investissements des crypto-monnaies sont tenus de faire la déclaration de leurs gains de trading. Si les bénéfices provenant de l’achat et de la vente de crypto-monnaies sont de nature fiscale, ils seront imposés en tant que revenus d’entreprise au titre de l’impôt sur le revenu. 

Malte

Ce pays est l’un des premiers à être favorable à la cryptographie et à encourager des centaines de transactions à partir de crypto-monnaies. Cela lui a bien valu le nom de « Blockchain
Island », et a fait de lui le pays avec la plus forte acceptation des crypto-monnaies comme moyen de paiements ou de transactions. 

Les impôts déduits des plus-values sur le long terme, ne sont pas appliqués sur les investissements dans les crypto-monnaies à Malte, et la TVA n’est pas non plus appliquée lors de la vente et l’achat de crypto-monnaies. 

Cependant, si vous vous adonnez au commerce quotidien de crypto, des taxes seront appliquées, comme dans le cas du commerce journalier en bourse. Dans ce cas, l’impôt sur le revenu des entreprises, retenu à un taux de 35 %, sera donc appliqué. 

Portugal 

Le Portugal est une autre excellente option dans vos recherches de paradis fiscaux qui sont grandement propices à la cryptographie. 

Le pays du célèbre joueur Cristiano, a accueilli bras ouverts la crypto-monnaie et est même considéré comme l’un des pays les plus favorables à la cryptographie. L’administration fiscale portugaise a déclaré que le commerce et les transactions en devises cryptographiques étaient dispensés d’impôt pour les particuliers. 

D’autres mesures ont été prises concernant l’utilisation et la réglementation des crypto-monnaies dans le pays. Par exemple, aucune imposition ne sera faite pour aucun individu concernant l’échange de crypto-monnaies contre une devise ordinaire; de plus, il n’y a pas d’impôt sur le revenu ni d’impôt sur les plus-values sur les bénéfices provenant de la commercialisation de la crypto-monnaie. La TVA n’est pas non plus applicable à l’achat et à la vente de la crypto-monnaie, rendant la crypto virtuelle totalement libre de taxes pour les particuliers ! 

Le Portugal est également devenu, de par ses résolutions concernant la cryptomonnaie, un vrai centre pour les nomades. Il représente un petit jardin d’eden pour eux et ils devraient idéalement le mettre dans leur détecteur. En effet, il a un processus de résidence fiscale facile et il est l’un des plus conviviaux en termes de taxation de la monnaie numérique. 

Chypre 

Chypre est un autre gouvernement qui vient s’ajouter à cette liste de pays favorables à l’émergence des crypto-monnaies. Il n’y a certes pas encore une réglementation précise des crypto-monnaies, mais le pays est visiblement sur le point de le faire.
Avec les actions de la Banque centrale du pays, la population est clairement au courant des risques accompagnant l’investissement dans les cryptomonnaies.

De plus, la Cyprus Securities and Exchange Commission a mis sur pied un axe de nouveauté à partir duquel des entités expertes sur le sujet partageront leurs connaissances des crypto-monnaies. Une initiative qui leur permettra d’assurer la protection des investisseurs au sein des entités réglementées.

Néanmoins, seuls les ICO (offre initiale de pièces de monnaie) sont vraiment du domaine de la juridiction légale à Chypre, en termes de cryptographie. Le capital qui en découle est traité comme un revenu imposable. En revanche, le pays offre un taux d’imposition des sociétés de 12,5%, largement plus intéressant qu’une grande majorité. 

Suisse 

La Suisse fait également partie des territoires considérés comme un paradis fiscal favorable à la cryptographie, et ce depuis un certain temps. 

En effet, le pays est connu pour sa tendance à promouvoir l’utilisation et les innovations de la technologie blockchain, ce qui lui a finalement valu le titre de « Crypto Valley ». Mais, dans cet État assez ouvert aux innovations des nouvelles technologies, l’extraction de crypto-monnaies est considérée comme un travail indépendant et est donc soumise à l’impôt sur le revenu des entreprises. 

Il est à noter que, les crypto-monnaies contenues dans votre portefeuille d’investissement qui sont déjà négociées ou détenues en tant qu’investissement, ne seront pas assujetties à l’impôt sur les plus-values si vous négociez correctement sur votre compte individuel et êtes finalement qualifié de commerçant individuel. 

Cependant, lorsque vous achetez ou vendez des crypto-monnaies de par l’intermédiaire de commerçants professionnels qualifiés, les gains qui en découleront seront considérés comme un revenu d’entreprise et seront donc imposés en tant que tels. Les personnes ayant des emplois à distance doivent savoir en outre , que les salaires reçus en devises cryptographiques doivent être déclarés normalement comme revenus salariaux. 

D’autres Pays 

Il y a encore d’autres pays qui viennent chaque jour agrandir le cercle de ces États si ouverts à l’expansion de la cryptomonnaie. La Slovénie, Vanuatu et la Bermude ont également emprunté le même chemin et sont aujourd’hui, des pays qui supportent activement l’utilisation des monnaies crypto. 

La Slovénie ne fait pas de prélèvements d’impôts sur les plus-values pour les particuliers dans la vente de crypto-monnaie. Par contre, des paiements en crypto donnent lieu à un impôt sur le revenu ou un impôt sur les sociétés pour les entreprise. De même, toutes les entreprises exerçant l’extraction de crypto-monnaie sont contraints de payer l’impôt sur les sociétés sur les bénéfices qui en resultent. 

Aux Bermudes, aucune taxe et aucun impôt ne sont imposés sur l’achat, la vente ou la détention de crypto-monnaie. La cryptomonnaie y est même utilisée comme un moyen légal de paiement et n’est donc soumise à aucune taxe. 

Le Vanuatu se diffère totalement de tous ces qui exonèrent les transactions de cryptomonnaies de taxes. En effet c’est l’unique État au monde qui accepte le paiement Bitcoin en échange de la citoyenneté. Un passeport de Vanuatu est même proposé par le gouvernement du pays, aux investisseurs en cryptographie avec une validité de cinq ans. N’imposant aucun impôt ni sur le revenu ni sur les sociétés, Vanuatu est un paradis fiscal pour les nomades du crypto trading. 

Source: Cryptonaute.fr

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0