1ère édition du salon international Afrik’Or : Une vitrine pour faire briller davantage l’or pour le Mali

Ouverte officiellement par le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau M. Lamine Seydou Traoré,  la 1ère édition du salon inter

Coronavirus Afrique : Comment anticiper l’épidémie par des stratégies et outils efficaces pour le travail à distance pendant cette période trouble?
Moins 54 Milliards 68 millions de déficit pour 2019
Carnet de route technologique

Ouverte officiellement par le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau M. Lamine Seydou Traoré,  la 1ère édition du salon international ‘’Afirk’or’’, organisée par l’Agence de communication BT Consulting, sous le thème « promotion des orpailleurs, exposition et vente », s’est tenue  du 12 au 14 février  à l’HôtelLaïco de l’Amitié de Bamako. La cérémonie d’ouverture a enregistré la présence du Directeur Général de la raffinerie ‘’Kankou Moussa’’, M. Dario Littera, du promoteur de l’Agence de communication B T Consulting, M. Boubacar Traoré et de nombreux orpailleurs et orpailleuses venus des différents sites d’orpaillage  du Mali. Selon le ministre Traoré l’exploitation minière contribue à près de 400 milliards FCFAau budget de l’Etat, soit 70% dans les exportations et 10% du PIB.

Dans son discours d’ouverture le ministre Traoré indiquera  que l’objectif  du gouvernement de la transition est de faire  en sorte que l’or brille davantage pour le Mali. Par ailleurs, il a fait savoir que le secteur minier n’est qu’en ses débuts. «  C’est un trésor en terme de ressources minérales qui comportent beaucoup de choses  dont le diamant, le pétrole, le calcaire et l’or » a-t-il fait savoir. D’après lui l’exploitation minière est essentiellement marquée par  la production aurifère qui contribue à près de 400 milliards FCFA au budget de l’Etat ce qui représente à peu près 70% dans les exportations et 10% du PIB. Cependant, force est de constater que le secteur minier ne donne pas les retombées  escomptées pour le peuple malien, a reconnu le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau.

Le ministre Traoré, dans son allocution a indiqué que dans un pays enclavé comme le Mali et dans un secteur qui nécessite des investissements, le premier objectif du code minier est d’attirer les investisseurs.  Occasion pour lui de rappeler qu’en 2019, le gouvernement du Mali a  adopté un nouveau code minier qui est devenu opérationnel en fin 2020, avec l’application du décret. « Ce code vise principalement à corriger les insuffisances dans les anciens codes » a déclaré le ministre en charge des Mines, sans manqué de préciser que dans ce nouveau code, l’accent a été mis sur  les aspects des contenus locaux et le développement local. Histoire de permettre aux populations de tirer profit des industries minières installées sur leur site.

«  Rechercher  de l’or par les couloirs d’orpaillage n’est pas interdit, cela est même encouragé, les individus  ont le droit d’aller chercher l’or dans les couloirs traditionnels cela existe depuis longtemps. Ce qui est interdit c’est de chercher sur le lit du fleuve et les courts d’eau à travers le dragage » a – t-il fait savoir aux orpailleurs. Lesquels, en réalité qui ne tirent pas suffisamment profit  de cette exploitation parce que la filière n’est pas organisée. C’est pourquoi, a fait savoir le ministre Traoré, le gouvernement de la transition  a mis sur place une feuille de route dans le cadre de l’organisation de l’orpaillage traditionnel pour que l’or brille davantage pour les orpailleurs  aussi.

Pour sa part, le Directeur Général de la raffinerie ‘’Kankou Moussa’’ n’a pas manqué d’exprimer sa joie pour la réussite de cet évènement qui est la 1ère  de son genre au Mali. Après avoir remercié ses partenaires, il a rappelé le moment difficile que le pays traverse, plus particulièrement le secteur minier.

Selon lui  la raffinerie est une activité à disposition des services des différents opérateurs dans le marché de l’or. Parlant des services offerts dans les mines par sa raffinerie, il a évoqué l’installation des différents centres dans les zones minières, mis à la disposition des deux catégories (les orpailleurs et les commerçants).

Quant à l’organisateur de l’évènement, M. Traoré, il dira que l’idée de ce salon c’est de promouvoir  les orpailleurs et les bijoutiers du Mali en primo et les entrepreneurs en secundo, car ceux-ci  ne profitent pas convenablement de leur travail.

Il a annoncé que la raffinerie ‘’Kankou Moussa’’ mettra en place 15 centres pour faciliter la tâche aux orpailleurs dans les régions des sites d’orpaillage. Ces centres permettrontaux orpailleurs de bénéficier du fruit de leur travail.

Le temps fort de ce salon a été marqué par une mise en scène du village du roiKankou Moussa,dans sa case royale,entouré par sa suite, habillé en boubou et bonnet  royal  avec de l’or dans ses dix doigts. Ce salon s’est clôturé par le défilé de 34 femmes orpailleuses venues des différents sites d’orpaillage et l’exposition-vente des bijoux.

Fatoumata Coulibaly

Maliweb.net

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0