Google Play Store : comme sur l’App Store, la taxe sur les achats in-app passe à 15%

Seulement sur le premier million de dollars réalisé au sein du Play Store. C'est un début, mais ce n'est pas suffisant selon les développeurs d'appli

France – Taxe sur les services numériques : le Sénat annonce un accord avec le parlement
La France envisage de limiter le renouvellement anticipé des smartphones
La disparition de l’argent cash : L’exemple suédois

Seulement sur le premier million de dollars réalisé au sein du Play Store. C’est un début, mais ce n’est pas suffisant selon les développeurs d’applications.

Aperçu du logo Play Store.

Sameer Samat, directeur d’Android et du Play Store, s’est récemment exprimé dans un billet de blog pour faire savoir que le Play Store allait opérer un « tournant majeur ». La taxe sur les achats in-app (les achats réalisés au sein des applications disponibles sur Google Play Store) va passer de 30 à 15%, sur le premier million de dollars généré par les développeurs. Une évolution quasiment similaire à celle proposée par Apple au sein de l’App Store.

Google Play Store fait passer la taxe in-app à 15%

Google estime que cette nouvelle mesure va changer la vie de 99% des développeurs qui réalisent des achats in-app sur son magasin d’applications. L’approche proposée par Google est légèrement différente de celle d’Apple avec l’App Store. En effet, si Apple a également décidé de réduire sa taxe de 30 à 15%, cette réduction ne s’applique qu’aux « petits développeurs ». Ceux qui réalisent moins d’un million de dollars par an. Cette baisse ne s’applique pas aux développeurs qui gagnent des revenus supérieurs à ce seuil, même sur le premier million de dollars, comme le propose justement Google.

À compter du 1er juillet, cette nouvelle réforme s’appliquera. Selon Sameer Samat : « nous avons entendu les réclamations des développeurs. C’est pour cette raison que nous proposons une réduction de la redevance in-app sur le premier million de dollars gagné chaque année par les développeurs sur Google Play Store. Quelle que soit sa taille. Nous pensons qu’il s’agit d’une approche équitable qui s’aligne sur la mission plus large de Google, à savoir aider tous les développeurs à réussir et à grandir ».

Une décision qui fait suite aux attaques d’Epic Games

Une décision qui intervient dans un contexte particulièrement tendu. Epic Games est particulièrement remonté contre le Google Play Store et l’App Store. Cet été, l’éditeur de Fortnite a même piégé les deux services avant de décider de les poursuivre en justice. Souhaitant protester contre cette fameuse taxe in-app, Epic a proposé une option de paiement sans Apple dans son jeu culte Fortnite, et en a fait de même pour sur le Play Store.

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que les deux entreprises réagissent et suppriment Fortnite de leur store respectif… Epic Games avait anticipé cela et quelques heures plus tard, la société a publié un document de plainte bien fourni pour tenter de mettre fin au monopole de ces deux géants. Deux plaintes ont été déposées dans le courant du mois d’août contre Apple et Google. Coup de communication incroyable pour Epic Games et Fortnite.

Google ne répond pas aux préoccupations des entreprises indiennes

En Inde, Google doit également faire ses preuves. Le gouvernement indien a lancé des poursuites antitrust contre le géant américain. Les autorités du pays reprochent à Google d’abuser de la position dominante d’Android pour, notamment, mettre en avant le Google Pay Store. Selon la Competition Commission of India (CCI) :  « Google applique une règle injuste et discriminatoire, portant largement préjudice aux applications concurrentes de Google Pay en Inde ». Plus de 150 startups indiennes se sont regroupées à la fin de l’année 2020 pour protester contre les règles du Play Store.

Vijay Shekhar Sharma, porte-parole de la protestation et fondateur du fournisseur de paiements mobiles Paytm, (la startup la plus importante d’Inde), qualifié la récente décision de Google de « coup de communication ». Il a déclaré que : « les entreprises devront toujours payer un montant exorbitant de frais à Google. L’annonce faite aujourd’hui par Google ne répond pas aux préoccupations des entreprises indiennes ». Leur préoccupation majeure concerne l’impossibilité d’utiliser un service de paiement tiers pour la facturation

Source: Siecledigital.fr

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0