Instagram prépare trois nouvelles solutions pour rémunérer ses créateurs de contenus

Des outils qui seront profitables aux influenceurs de la plateforme, mais aussi à Instagram lui-même.       Avec ces

8ème Réunion du Conseil Africain des Régulateurs de l’Alliance SMART AFRICA: Vers un marché numérique unique en Afrique !
Tesla s’associe à un pilote blockchain pour accélérer ses livraisons maritimes
Comment les gens lisent les pages web aujourd’hui ?

Des outils qui seront profitables aux influenceurs de la plateforme, mais aussi à Instagram lui-même.

      Un homme tient un smartphone qui lance l'application Instagram.Avec ces trois nouveaux outils, Instagram cherche à bichonner ses créateurs de contenus, mais aussi à s’offrir à lui-même de nouvelles opportunités de revenus. Image : Claudio Schwarz @purzlbaum / Unsplash

Instagram met les bouchées doubles pour bichonner ses créateurs de contenus. Lors d’une diffusion en direct, Mark Zuckerberg et Adam Mosseri, responsable du réseau social, ont annoncé être en train de travailler sur trois outils dont l’objectif sera d’offrir de nouvelles opportunités de rémunération aux influenceurs de la plateforme, rapportent nos confrères de Social Media Today.

Quels sont ces nouveaux outils annoncés par Instagram ?

Le premier outil dévoilé par Mark Zuckerberg est le « Creator Shops ». Concrètement, il s’agit de boutiques virtuelles dans lesquelles les influenceurs pourront vendre différents produits. Ça vous dit quelque chose ? C’est bien normal puisque ce n’est pas une nouveauté à proprement dit. En réalité, il s’agirait plutôt d’une extension des fonctionnalités de vente déjà existantes, mais pour l’heure limitées aux entreprises.

Par la suite, le PDG du groupe Facebook a annoncé être en train de travailler sur un outil permettant aux créateurs de contenus de percevoir une rémunération lorsqu’ils font la promotion de produits sur Instagram. Plus clairement, il s’agirait d’un système d’affiliation, comme l’explique Mark Zuckerberg lui-même : « Les créateurs devraient pouvoir obtenir une part des ventes des produits qu’ils recommandent, et nous devrions créer un marché de recommandation affilié pour permettre cela ».

Enfin, Instagram développe actuellement une marketplace dont l’objectif est de faciliter la mise en relation entre les marques et les influenceurs. À ce sujet, Mark Zuckerberg a déclaré qu’un tel outil pourrait permettre aux talents émergeant de se monétiser plus facilement, sans avoir à passer par une agence.

Autant de solutions qui sont évidemment bénéfiques pour les créateurs de contenus, mais aussi pour Instagram. En effet, le réseau social a longtemps été dans une sorte de zone grise concernant le marché particulièrement lucratif de l’influence marketing puisqu’il ne tirait pas un seul centime des opérations mises en place. Avec ces nouveaux outils, la donne devrait changer radicalement puisqu’Instagram serait enfin en mesure de tirer des frais et des commissions des collaborations entre créateurs de contenus et annonceurs.

La rémunération des créateurs, une stratégie commune à l’ensemble des réseaux sociaux

Instagram n’est pas le seul à vouloir offrir de meilleures opportunités de rémunération à ses créateurs, loin de là. Twitter, par exemple, a annoncé l’arrivée prochaine des Super Follow, qui consistent en des abonnements premiums entre utilisateurs. Plus récemment, l’oiseau bleu a entamé des tests pour un bouton de pourboires fonctionnant sur le système de don.

De son côté, Pinterest a lancé un fonds de 500 000 dollars afin de rémunérer certains utilisateurs de la plateforme. Clubhouse n’est pas en reste puisque le réseau social de la voix a lancé les paiements en direct au sein de sa plateforme au début du mois d’avril. Une fonctionnalité de laquelle peuvent déjà profiter plus de 66 000 créateurs.

En 2020, TikTok annonçait, quant à lui, un budget de 200 millions de dollars pour rémunérer les influenceurs présents sur sa plateforme. Enfin, en début d’année, nous apprenions que YouTube avait dépensé pas moins de 30 milliards de dollars en seulement trois ans pour payer ses créateurs de contenus.

Source: Siecledigital.fr

.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0