L’EMISSION Citoyenne MUSOYA CONTINUE SA RUBRIQUE  » PAROLE AUX FEMMES » dans le cadre de la commémoration du 8 mars

Ce Jeudi 18 Mars s'est tenue la quatrième Conversation de la série #La parole aux femmes initié par Musoya en partenariat avec l'Université Virtu

BADJI SISSOKO DGA GROUPE FAMIB :
Un millionnaire en Bitcoin saute par la fenêtre pour échapper à un cambrioleur
Lancement officiel du projet « Autonomiser les Jeunes en Afrique à travers les Médias et la Communication » :

Ce Jeudi 18 Mars s’est tenue la quatrième Conversation de la série #La parole aux femmes initié par Musoya en partenariat avec l’Université Virtuelle du Mali.

En effet dans le cadre de la commémoration du 08 mars, la Journée Internationale des Droits de la Femme, MUSOYA a initié une série de conversation afin de donner « la PAROLE AUX FEMMES » autour de la thématique du Leadership féminin spécifiquement dans le contexte africain.  Ainsi, après les sessions des 13 et 17 mars  respectivement tenues avec Mme Béatrice Eyong, Représentante Résidente de ONU Femmes au Mali (matinée du 13 mars), Mme Stella Bida, experte en Développement des Organisations, Coache (après-midi du 13 mars) et S.E. Mme Bineta Diop, Envoyée spéciale de la Commission de l’Union Africaine, Femme, Paix et Sécurité (17mars), la Conversation no4 s’est tenue ce jour 18 mars avec Mme Soukeyna Kane, Directrice des Opérations de la Banque Mondiale pour le Tchad, le Niger, le Burkina Faso et le Mali.

Organisée en mode duo, en présentiel une vingtaine de femmes leaders et via KinguiVisio, une centaine de personnes ont pu échanger pendant près de 120 minutes sur les questions du leadership feminin africain.  Les hommes, naturellement, ne sont pas restés en marge, avec principalement la participation de M Edmond Moukala, Représentant Resident de L’UNESCO au Mali. 

Employée à la Banque Mondiale depuis 2003 et au Mali depuis 2017, Mme Kane a partagé ses visions sur la femme Leader africaine du 21ème siècle ?

L’émission réunie en présentiel de nombreuses leaders femmes notamment ,Valérie BEILVERT directrice de RMO Mali et  vice-présidente du cluster digital Africa, Alima Diawara Atmospheric scientist a la NASA VICE présidente d’honneur  du cluster, Kadidiatou Sylla directrice général de Maeva Palace, Fatou Sylla Syfa sarl , Mme Guindo fantamady sissoko ,Directrice général Agence Mali management Sarl ,Aissata Ba Epse Diallo Directrice des réseaux de la  BMS S A, Mme TOUNKARA Oumou Touré Directrice Agence  BSIC de la CDEAO à Bamako,  Mme Diarra Fatoumata Sidibé Avocate au barreau du Mali et Ambassadrice du cluster Digital Africa, Mme COULIBALY Aissata Touré ,la présidente du réseaux des femmes opératrice économique du Mali .

Selon Monsieur MuKala: «  L’Afrique a connu un système éducatif avant même la traite négrière notamment Tombouctou, qui était le socle  du savoir.   L’Afrique a connu des femmes leaders, notamment dans l’Égypte antique des pharaons femmes ont existé. Pas que seulement en Egypte mais également la charte de Kouroukanfuga en cite plus sur le rôle et les droits des femmes dans la société ». Tout ceci pour montrer que l’équilibre d’une bonne société en paix passe par le respect des droits des femmes. Aux dires de M. Mukala il faut réconcilier la connaissance traditionnelle et la connaissance classique dans notre système éducatif.

Madame Soukeyna Kane dans l’une de ses réactions a fait comprendre que : « Une femme peut devenir une grande leader ou référence sans même avoir été à l’école. Car elle son vrai leader a elle fut sa grand-mère qui n’a jamais connu l’école mais qui était une battante et une dame remarquable pour elle ». Elle a insisté sur le fait que les femmes ne doivent pas être spectatrices mais actives, elles doivent se battre, prendre leurs envoles être la meilleure version d’elles-mêmes.

Durant cette 4ème série de conversation les intervenants ont mis un point clé sur le système éducatif qui est défaillant de nos jours et cela est dû à plusieurs facteurs notamment la cellule familiale qui a démissionné ainsi que la société.

La discussion a été riche en partage d’expériences entre ces braves femmes qui ont toutes des objectifs communs qui est l’égalité du genre.

Le président de l’université virtuelle du Mali et du cluster Digital Africa M. Amadou Diawara a remercié Coumba Bah pour ce partenariat qui permet de montrer l’attractivité du Numérique et l’engagement de l’université virtuelle du Mali à soutenir les femmes dans toutes ces initiatives.

Des réactions marquantes venants des femmes mais également des Hommes qui ont contribué à hauteur appréciable et donné plus de références pour l’occasion.

L’émission a pris fin par un cocktails, offert par Maeva Palace.

À savoir que cette émission qui donne la voix aux femmes du monde continue pour ce 24, 26 et 27 Mars sur le même thème avec encore des femmes exemplaires sur le plateau.

Rokia Diawara

Kingui Actu

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0